7 raisons de voter contre le PQ

La Presse publiait dans son édition du vendredi 31 août les résultats du sondage CROP qui dévoilait que 22% des Québécois sont toujours indécis. Alors que le PQ  détient une légère avance dans ce même sondage, nous risquons de voir certaines de leurs promesses devenir réalité; l’application de plusieurs de ces politiques a de quoi donner froid dans le dos. Si vous faites parti des indécis, voici sept bonnes raisons de voter contre le Parti Québécois dans votre circonscription :

1. Rapatriement de l’assurance emploi.

Le Parti Québécois propose de remettre la gestion de la caisse d’assurance emploi entre les mains du gouvernement du Québec. Sans même mentionner le fait qu’il n’y a aucun problème avec le régime fédéral,  pour bien comprendre l’absurdité d’une telle proposition, il faut avant tout comprendre le mécanisme de fonctionnement de ce dit programme. La caisse de l’assurance emploi se garde à flot pour deux principales raisons, la diversité économique du Canada et un nombre important de cotisants. Par exemple, les provinces de l’Ouest sont plus performantes au plan de l’emploi et paient la note, d’une certaine manière, du chômage plus élevé des provinces de l’Est (qui est de 2% à 3% plus élevé). En ajoutant à ce facteur un nombre important de cotisants, nous obtenons un régime d’assurance emploi beaucoup moins sensible aux facteurs cycliques du marché des facteurs de production.

Un peu comme un portefeuille d’investissement, c’est la diversité et la liquidité du régime actuel qui assure sa pérennité. En voulant régionaliser à outrance l’assurance emploi, il ne fait aucun doute que le PQ  mettrait à risque les chômeurs du Québec au bénéfice d’une idéologie plutôt que de la bonne gestion.

2. Application de la loi 101 au Cégep.

Sommairement, une telle politique empêcherait les francophones et les allophones qui ont étudié plus d’onze années en français de choisir , une fois devenu adulte, quelle langue serait la plus appropriée à la poursuite de leurs études collégiales. En effet, un francophone (présentement 5% d’entre eux font le choix du Cégep anglophone ) ne pourrait plus aller solidifier ses capacités à communiquer en anglais au Cégep sous prétexte qu’il, dans mots de Pauline Marois (qui parle un anglais discutable ), <<ne faudrait tout de même pas subventionner l’anglicisation des francophones! >>

En plus de nous confirmer qu’il s’agit bel et bien d’une lutte contre l’anglais, en appliquant cette logique, rien ne nous empêche de croire qu’elle pourrait être portée à appliquer une politique semblable aux universités (subventionnée à plus de 80% par le gouvernement du Québec). Substituer le choix du citoyen par celui du politicien? No problem. Cette pensée liberticide nous confirme bel et bien que le Nous proposé est exclusif et n’inclut pas ceux qui aspirent à se démarquer dans un contexte globalisé comme le nôtre.

3. La gouvernance souverainiste.

Même si nous ne partageons pas la perspective péquiste en matière de politiques publiques, nous pourrions tout de même accorder au PQ de nobles intentions et simplement critiquer les  moyens. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Pour mousser l’option du Oui dans un éventuel référendum (qui est présentement sous la barre du 30% ), l’équipe Marois propose de créer volontairement une série de conflits avec Ottawa, en demandant plus de pouvoirs et plus de responsabilités pour Québec dans des champs de compétences fédéraux. Proposer la mauvaise foi aux Québécois, faut le faire.

4. La citoyenneté québécoise.

S’inscrivant dans une perspective de gouvernance souverainiste, le PQ veut instaurer la citoyenneté québécoise. Sa mesure la plus controversée consiste en retirer le droit de se présenter aux élections à ceux dont le niveau de français n’est pas acceptable. Comme avec la loi 101 au Cégep, cette politique s’inscrit dans une perspective liberticide, où des politiciens d’une certaine allégeance décident qui peut et qui ne peut pas se présenter à une élection. Par la bande, on retire également à l’électeur le droit de voter pour qui il veut, comme si celui-ci n’avait pas une pensée critique suffisante pour choisir son représentant. Cette forme d’infantilisation est répugnante.

Sans vouloir accuser implicitement ou explicitement le PQ de racisme et de xénophobie, cette mesure n’est pas sans rappeler les fameux literacy test  (utilisés pour discriminer les noirs aux élections)  menés dans le sud des États-Unis jusqu’au début des années 60, avant qu’ils soient déclarés anticonstitutionnels.

Quoique plusieurs juristes estiment qu’une telle politique serait également déclarée inconstitutionnelle par la Cour Suprême, le PQ souhaite probablement ce verdict pour ériger un autre conflit avec Ottawa.

5.  Augmentation du taux d’imposition marginal de 48,2% à 55,22%.

Le Québec est la société la plus taxée et la plus imposée en Amérique du Nord. Pour financer ses promesses et les gels de tarifs proposés par le PQ, ce dernier propose en effet d’augmenter le taux d’imposition marginal (la combinaison du taux provincial et fédéral) de 7,2%  pour atteindre 55,22% pour plus de 144 000 travailleurs, soient ceux gagnant plus de 250’000$ par année.

L’adage selon lequel ‘’trop d’impôt tue l’impôt’’  ne semble pas être particulièrement compris chez les péquistes. En effet, passé un certain taux d’imposition, les revenus découlant de l’impôt commencent à décroître. Pourquoi? Plusieurs hypothèses se complètent. Les gens les plus fortunés déplacent leurs investissements dans des environnements fiscaux moins hostiles, les travailleurs (voyant une plus grande part de leur revenu partir vers les coffres de l’État) mettent moins d’heures au travail  et le travail au noir, généralement, croît. Augmenter les impôts au niveau proposé par le PQ pourrait effectivement impliquer de voir les revenus étatiques diminuer.

Aussi, on peut se poser de sérieuses questions sur la légitimité d’un gouvernement à retirer à ses citoyens plus de la moitié de la valeur de leur travail, sans proposer ni réforme, ni ajustement dans la modulation et le financement des services offerts.

6. Mettre fin au Fonds des générations.

Le Fonds des générations est destiné à faire un paiement en capital sur la dette en 2025. D’ici cette date, le gouvernement actuel  prévoyait y cotiser à chaque année, en prévoyant que les rendements offerts par les marchés financiers seraient plus intéressants que les sommes économisées par un paiement immédiat sur la dette.

À l’image de son équipe économique, c’est sans chiffre à l’appui qu’elle propose de vider le Fonds d’un trait pour faire un maigre paiement de $5,5 milliards sur la dette, en estimant que c’est ce choix qui est le plus avantageux au plan financier.

Elle oublie probablement que le Fonds est considéré comme un actif par les agences de notation. Vu l’importance de notre dette et de l’impact d’une hausse des taux d’intérêts sur la taille de celle-ci ( qui sont déterminés par la solidité de l’emprunteur, dans ce cas ci , l’État québécois ),  se départir d’un actif comme le Fonds pourrait avoir des conséquences bien plus importantes sur nos finances publiques que ce que la chef péquiste laisse entendre, sans compter une réduction de la dette moins importante à moyen terme.

7. Ingérence dans la CDPQ.

Pauline Marois propose de redéfinir le mandat de la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec, le bas de laine des Québécois, pour lui donner une orientation plus interventionniste dans l’économie québécoise. Au détriment de quoi, dites-vous? L’épargne obligatoire des Québécois, seulement ça. Ce thème a déjà été abordé ici, mais pour le rappel, la CDPQ est déjà aux prises avec un problème d’importance en la RRQ, qui se doit d’être réformée. Ne comptez toutefois pas sur le Parti Québécois pour faire preuve d’audace.

À vous de choisir!

19 avis sur « 7 raisons de voter contre le PQ »

  1. > 1. Rapatriement de l’assurance emploi.

    Le gouvernement de Stephen Harper a décidé de mettre la hache dans l’Assurance-Emploi. Donc, il est clair que si le Québec la rapatrie, ça ne pourra que faire du bien…

    > 2. Application de la loi 101 au Cégep.

    Les CÉGEPiens sont surtout mineurs. Et les immigrants doivent être francisés.

    > 3. La gouvernance souverainiste.

    Les conflits seront provoqués par le refus d’Ottawa. Si Ottawa dit «oui», pas de conflits.

    > 5. Augmentation du taux d’imposition marginal de 48,2% à 55,22%.

    Et alors? Les riches peuvent se le payer!!! Ils devront peut-être se contenter d’un bazou de $75,000 au lieu d’un bazou de $85,000, les pauvres pitoux.

    > 6. Mettre fin au Fonds des générations.

    Pourquoi attendre? Ah! Pour payer plus d’intérêt et ainsi engraisser plus les prêteurs…

    > 7. Ingérence dans la CDPQ.

    Parce que charité bien ordonnée commence par soi-même.

    • > 1. Rapatriement de l’assurance emploi.
      <>

      Il faut inciter les gens à travailler, pas à être des chômeur saisonnier!

      > 2. Application de la loi 101 au Cégep.
      <>

      Les cegepiens atteignent la majorités à leur première année au cégep et en passent donc plus de la moitié (si on ne compte pas ceux qui y restent 6 ans). 3 ans pour une technique 2 ans pour le général, peut-être une années préparatoire.

      > 3. La gouvernance souverainiste.
      <>

      Un argument d’enfant-roi ça! Tu déposeras de l’argent dans mon compte à tout les mois pis si tu dis non c’est toi qui aura cherché le conflit! Quel argument de CON!

      > 5. Augmentation du taux d’imposition marginal de 48,2% à 55,22%.
      <>

      Regarde la France ces temps-ci… Ceux qui ont de l’argent se préparent à partir, donc plus d’impôt du tout pour la France. Crois-tu que personne ne fera de l’évasion fiscale? Dans quel monde vis-tu?

      > 6. Mettre fin au Fonds des générations.
      <>

      C’est le seul point ou je suis d’accord avec toi.

      > 7. Ingérence dans la CDPQ.
      <>

      Ils ne gèrent pas la banque (le cochon) de ma fille, pas de la charité qu’ils doivent faire mais bien de rapporter de l’Argent, qu’ils investissent où ça rapportent!

    • Bravo Jean Naimard. Des réponses faciles à des questions complexes. On voit que tu as de la vision, c’est inspirant.

      Le sens-tu mon gros sarcasme?

    • dude, si tu monte les palliers d’impositions des gens les plus aisés, ceux-ci, ecoeurer vont aller investir leurs argents ailleurs ce qui serait très nefaste pour l’équilibre budgétaire de la province, sachez aussi mon cher monsieur que d’utilisé des sophistes a caractère caricaturaux est une preuve merveilleuse de votre ignorance primaire sur les enjeux et les problemes qu’ocassionerait un gouvernement Pequiste. De plus, mettre fin au fonds des générations mais aussi fin a un futur plus aisé pour ma jeune géneration qui vont vivre de vos dettes, car si vous êtes un sale Baby boomers, j’irais chier sur vos tombes toute la gang, vous nous avez mit dans la marde jusqu’au cou pour acquérir une société faite sur mesure pour votre génération d’hypocrite egoîste causé par un boom économique d’après guerre. sincérement, fuck le PQ, Vive la CAQ et chapeau pour option national et quebec solidaire qui tienne tête aux vieux croutons du PQ Désillusionné et radicaux.

    • Assurance-emploi
      C’est justement ce que les province de l’ouest espèrent qu’on fasse, qu’on ait notre propre système, comme ça, ils n’auront plus à payer pour nous et ils pourront baisser leurs cotisations (et nous on devra monter les nôtres!).

      CEGEP
      Les étudiants obtiennent leur majorité pendant la première année. Et by the way, le PQ voulait donner le droit de vote à 16 ans… ça fait que ton argument tombe à plat.

      Gouvernance
      Ottawa peut pas dire oui à toutes nos demandes (souvent ridicules). Y a d’autres canadiens!

      Imposition
      Le Québec est pauvre en riches et riche en pauvres. Les riches ont les moyens de sacrer leur camp d’ici, pas les pauvres.

      Fonds des générations
      Son principe est qu’il serait plus performant que les intérêts qu’on paie sur la dette. C’est un principe qui se tient si c’est bien gérer. Mais la gestion n’est pas la force du PQ et les exemples sont nombreux (Gaspesia).

      CDPQ
      Le but premier de la caisse est de faire du rendement pour assurer nos vieux jours. Parti comme c’est là, la caisse sera à sec en 2032. Avec l’idée débile du PQ, ça se rendra pas à 2025!

    • 2. La loi 101 au Cégep c’est de la xénophie tout court. Augmenter les cours de Français pour les cégep anglophones? Je n’aurais aucun problème. Personnellement, je crois qu’à 17 ans on est assez grand pour prendre ses propres décisions.
      3. Le PQ ne sera nullement élu pour aller chercher plus de pouvoir qu’Ottawa. Qu’il règle les problèmes du gouvernement actuel avant d’en créer de nouveux.
      5. L’augmentation d’impôt touche ceux dont le revenu est supérieur à 150 000. C’est 10 000$ de moins dans leur poche. Pour le gars qui fait 150 000$, c’est énorme. Ça peut l’amener à revoir son hypothèque…. Pour le gars qui fait 500 000$ et plus, je suis d’accord avec vous.

    • Wow mes yeux saignent après avoir lu une réponse aussi merdique. Jean Naimard vas te cacher dans un bunker sous-terrain et ressort en dans 100 ans svp!!!!

      • Un classique de la part de ceux qui n’ont rien à opposer contre une logique implacable. Et toi Lord Dub, si tu es aussi fin et brillant, il est où ton contre argument?

    • « Les conflits seront provoqués par le refus d’Ottawa. Si Ottawa dit «oui», pas de conflits. »

      WOW!!!! Avec une mentalité comme ça, on va aller loin. M.Naimard, je veux votre voiture, votre maison et votre femme. Tout de suite pas de discussion. Que je ne lise pas un refus de votre part, ça ferait de vous un salaud.

  2. C’est vraiment un article simple d’esprit comme j’en ai rarement vu ça. Jean Naimard n’a pas tord sur plusieurs point (même si sont argumentaire n’est pas toujours bien expliquer)

    L’assurance emplois : depuis l’entré au pouvoir des conservateurs que tous les députés d’Ottawa, de toute allégeance politique, dénonce les coupures du gouvernement dans ces programme…..mais tout va bien…..
    et comme dirait la CAQ, les travailleur saisonnier ça vaut rien en, ils n’ont qu’a travailler a l’Année, Et flop, industries de 1,2 milliard qui prend le bord, c’est pas important le tourisme et les peches au Québec………bel argument de citadin ça

    Le fond des générations nous coûte 300 million d’interet sur la dette par année, je trouve pas que c’est bien investir pour nos jeunes. On fait fructifié un fond qui rapporte moins que ce qu’on aurait en payant la dette directement (notion de base en économie).

    Gouvernance: il y a combien de québécois au gouvernement a ottawa pour defendre le QC? Le canada se gouverne sans le QC depuis un bout, faut arreter de s’assir devant eux et rien faire(et je ne parle meme pas de souveraiinté). Il y a aussi un juste milieu entre etre a quatre patte comme le québec est depuis 10 ans avec charest et etre federaliste en tenant son bout comme bourassa l’a fait. Charest camopufle les probleme avec le federal pour garder sa belle uniter canadienne. Quand ca marchait pas avec ottawa, ses ministres ne pouvait pas le dire (parlez-en a mulcaire)

    Et pour la caisse de dépot, c’est 2 vision qui s’oppose: soit on fonctionne comme présentement en faisant faire le plus de rendement possible, ou on a un peu moins de rendement et on favorise l’emplois et l’industrie au QUébec. Pour moi il est évident qu’on devrait favoriser le québec plutot que nos poche……..mais bon, on est tellement égoïste aujourd’hui que je suis surement dans le champ.

    Et pour les impôts des plus riches, les States ont augmenter les impots des plus riches a plus de 60% dans les année soixante, et pourtant, je n’ai pas encore vu les riche Américain déménager au Mexique!!!! C’est vraiment un argument de Patronna cette patente.

    La loi 101 dans les cégep ne m’émeut pas non plus cependant, comme quoi on peut ne pas etre en accord avec tout dans un parti, mais c’est quand même de loin la meilleur option sur la table présentement.

    Faut pas oublier les autres bon coup du PQ aussi : Election a date fixe, 2 mandat maximum comme premier ministre, référendum populaire (parce que oui c’est bon de consulter la population et que ça n’implique pas automatiquement la souveraineté) On en parlera pas de souveraineté si les sondage passe pas 50% alors faut pas virer fou avec ça.

    Et ceux qui pense que la CAQ est la solution, dite vous que le Québec n’est pas le tier monde, il y a du bon au Québec et recommencer a zero comme parle Legault n’est pas une solution. Couper dans la fonction public, ça marche pas, ya pas d’économie a faire là, ça fait 10 ans que le libéral coupe dans tous les ministères et tout ce que ça fait, c’est plus de sou traitance qui coûte plus chère au total et perdre l’expertise qui contrôle les ministère. Et je sais de quoi je parle, je me suis promener un peuy dans la fonction publique. C’est tès facile pour ceux qui connaissent pas la fonction public de fesser dessus, mais venez prendre ma chaise une journée pour voir!!!! Legault parle comme si les gens qui travaille présentement dans les agences santé, commissions scolaire, etc, ne foute rien, c’est mépriser les gens et leur travail. Et si la population embarque dans ces arguments jaloux et simpliste, ou va le Québec pouvez-vous me le dire????

  3. Si je puis me permettre, et je crois bien que je vais le faire: c’est le principe de tenir un blogue que d’écouter l’argumentaire d’autrui. Il y manque un point très important. L’augmentation à 75% du taux d’inclusion du gain en capital sera extrêmement déstabilisante pour notre économie. Il semblerait qu’au Québec, à moins d’être médecin de carrière, il est impossible pour un homme de bien gagner sa vie, sinon il est nécessairement un fraudeur empanaché d’un bélître : un homme d’affaires sans foi ni loi, quoi. Et je trouve très condescendant qu’un Jean Naimard, fier Québécois vraisemblablement étroit d’esprit (il faut l’être pour prendre le temps d’écrire pareilles sottises démagogues), se permette de juger la façon dont on peut dépenser son argent. Les riches sont ceux qui investissent le plus leur capital (acte non altruiste, mais dont l’ensemble de l’économie en bénéficie), alors peu me chaux qu’ils dépensent en voiture de luxe et en vêtements sur-mesure.

  4. Nous ne sommes plus dans les années 60 où l’Église nous contrait par la peur, mais la peur est bien ancrée dans notre culture si bien que nous ne croyons plus en nous même. Il est important de penser qu’un jour nous avons tous dut quitter nos parents voller de nos propres ailes. Notre histoire est saturé par une peur si intense… La peur représentante le chien bergé qui est capable de faire changé lq direction du troupeau bout pour bout. Pourtant au printemps 2012, le peuple du Québec a montré tant de courage et a dévoilé au monde, qu’il a ses idéolgies propres

  5. Il y a un argument de droite dont je ne suis plus capable d’entendre et je vous en fait part (en passant, bon article). J’entends toujours l’argumentaire suivant: si on monte les impôts (pour mieux partager la richesse, permettre l’égalité des chances), les riches vont s’en aller, les investissements vont baisser, le taux de chômage va augmenter. Jusqu’ ici , sans prendre de position éthique, tout va bien dans l’argumentation, c’est ce qui arrive souvent.

    Et là, on enchaîne en disant que c’est de la faute au gouvernement qui a monté les impôts si les riches se sont sauvés et que l’économie va mal. C’est là que je décroche. Les gouvernements sociaux-démocrates veulent monter les impôts pour améliorer le sort de tous, pour humaniser le capitalisme qui est dur pour certains pans de la population. Selon moi, c’est tout à fait noble, une société  »civilisé » se doit de donner une chance à tous de réussir

    Alors, si les investisseurs décident de s’en aller investir dans un pays qui n’a pas encore réaliser que le partage, solidarité et l’égalité des chances sont de bonnes valeurs (par exemple, la Chine), ce sont les investisseurs/capitalistes qu’ils faut blâmer, ce sont eux qui mettre le profit au-dessus de tout et qui préfère investir dans des sociétés ou on maltraite encore la main d’oeuvre comme du bétail. C’est d’une hypocrisie sans bon sens parce que ces investisseurs n’accepteraient jamais que leurs proches soient traités ainsi.

    Le gouvernement social-démocrate, lui, tente tout simplement d’équilibrer le jeu en donnant à tous une chance de réussir.

    • Milton Friedman disait assez justement :  » Economic freedom is a necessary foundation for political freedom, but not a sufficient one. »

      Dans une société comme la Chine, les changements prennent du temps à s’effectuer. Ayons confiance en l’avenir.

      • Pour la majeure partie de la population qui vit dans le salariat, il n’y a pas de réelle liberté économique, ils sont contraints de travailler, souvent dans des conditions médiocres pour une salaire trop bas, Les seuls qui sont réellement libre dans le capitalisme sont la faible minorité qui ne sont pas obliger de travailler puisque leurs rentes leur permettre de (très bien) vivre, Certes, la plupart d’entre eux travaillent, je ne dis qu’ils ne produisent rien pour la société, mais leur classe sociale leur confère une réelle liberté. Ce sontjustement programmes sociaux/le filet social qui confère une certaine liberté aux salariés en apaisant l’incertitude du salariat. Certains disent qu’ils n’ont qu’à épargner pour gérer cette incertitude, que ce n’est pas le rôle de l’État à faire ça, mais pour une grande partie de la population, après le nécessaire, il ne reste plus grand chose à épargner!

        Mais bon, si vous trouvez ça acceptable que des investisseurs préfèrent placer leurs pions dans un pays ou la liberté est vraiment malmené par un régime autoritaire, c’est votre choix! Honnêtement, je ne pense pas qu’exploiter des travailleurs dans des sweatshops augmentera leur niveau de vie et leur donnera magiquement la liberté comme valeur! C’est une belle théorie, mais elle ne résiste pas à l’épreuve de la réalité.

      • La liberté économique, c’est avant tout être libre de travailler pour soi, dans son intérêts propre. J’aborderai un jour ce sujet dans un billet cher monsieur.

        Merci du commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s